Je ne m'arrêterais pas avant d'avoir réussi!

Je ne m'arrêterais pas avant d'avoir réussi!

Deux semaines sans crises

Ce soir cela fera deux semaines que je n'ai pas fait de crises, alors il est temps de faire un petit bilan de la situation. Malheureusement plutôt un bilan négatif même si j'essai de garder espoir.
 
J'ai l'impression que ma vie ne se resume plus qu'a je me lève, j'étudie un petit peu, ensuite je suis fatiguée je me repose et je mange aux heures convenues. A part mes cours à la fac j'ai l'impression de ne plus rien faire de ma vie. Cela est surement du au fait que je suis extrêmement fatiguée, je dors peu et mal.
La seule chose qui me procure un peu de plaisir, c'est d'écrire sur ce blog. Cela me détend, et je me sens libre pour parler vous expliquer la situation. J'ai besoin que des gens m'écoutent et savent ce que je vis, j'ai besoin de ca pour tenter d'aller mieux, et écrire c'est plus facile que de parler.
 
Ce week end a été très dur a encaisser car samedi a été une journée vraiment basse dans mon combat. Je regrette d'être allé chez mes grands parents, j'espere pouvoir repartir comme avant d'y être allée. Cela m'a donc confirmer que ma "routine quotidienne" me fait du bien et que si je ne la respecte pas cela peut être extrememement destructeur. Je fais plus de crise donc je ne contrôle plus ce point de ma vie alors cette "routine" m'a permis de reprendre un contrôle dans ma vie et la ce week end comme mes horaires n'etaient pas respecter j'ai eu l'impression de ne plus rien controler et c'est cela qui a vraiment été très compliqué à encaisser.
 
Je ne fait plus de crises alors tous les soucis, problèmes que j'évacuaient en faisant mes crises réapparaissent au moment de dormir et m'empeche de dormir et de me détendre, je suis sans arrêt sous tention, à fleur de peau. J'ai essayé Sédatif PC pour reussir à m'endormir mais cela n'a aucun effet, cela ne change en rien la situation. (Pourtant quand j'étais en prépa et que je faisais mes crises, cela m'arrivait de prendre un comprimé de Sédatif PC le soir et cela m'aidait beaucoup). Au moment de dormir je suis encore plus angoissée que la journée. J'en peux plus mais je ne veux pas arrêter sinon a quoi tout cela aurait servi? tous ces efforts?
 
La situation est donc très compliquée, très fatiguante, mais je veux tenir, je veux y arriver mais cela est vraiment très très dur. Heureusement que je peux compter sur mes amis et sur ma famille proche.


25/01/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres